Les batailles où sont apparus les Lakotas

Little Big Horn (1876)

 

 

Je ne pouvais commencé que par cette bataille historique si bien pour la défaite des soldats "américains"

que par la plus grande coalition des Tribus Cheyennes et Sioux dirigé par Sitting Bull.

 

fleche.gif

 

La bataille de Little Big Horn ("petit mouflon") c'est déroulée le 25 Juin 1876 à proximité de la rivière

Little Big Horn dans le Montana.

Elle oppose les 647 hommes du 7e régiment de cavalerie du Lieutenant-Colonel George A. Custer à une coalition

de Cheyennes et de Sioux rassemblés sous l'influence de Sitting Bull.

Le commandement des attaques au 25 Juin est confié et mené par le Chef Sioux Crazy Horse , le Chef Sioux Gall

et le Chef Cheyenne Lame White Man.

Fin 1974 , les autorités tentent d'acheter les Black Hills aux Sioux suite à une découverte des gisements aurifères trouvé par Custer lors d'une expédition d'exploration.

En Septembre 1875 les négociations échoue. En Novembre, le général Terry lance un ultimatum au 31 Décembre

pour les chasser de leur territoire, par la force si nécessaire.

Au Printemps 1876, plusieurs colonnes convergent vers les Amérindiens.

Sans connaissance de l'échec du général Cook à la bataille de la Rosebud le 17 Juin, le Lieutenant-colonel Custer conduit l'attaque d'un camp Amérindiens Sioux et Cheyenne d'environ 6000 personnes (dont 1500 guerriers).

Les Tribus Sioux sont menés par les Chefs Sitting bull et Crazy Horse.

Custer divise ses forces afin d'attaquer de plusieurs cotés à la fois.

Son plan: encercler le camp Indien en l'attaquant depuis le Sud, le centre et le Nord.

15h20, la bataille commence alors que les compagnies du Major Reno descendent dans la petite vallée

et prennent une formation "skimish line" (en ligne).

Les Amérindiens sont pris par surprise, mais se portent à la rencontre de Reno.

Pendant ce temps , Custer longe les collines pour prendre le village sur son flanc.

Vers 15h30, le Major Reno a le flanc gauche exposé et commence à se faire déborder sur l'arrière.

Il ordonne donc à ses cavaliers de se remettre en scelle et de se retirer dans le sous bois afin de consolider son flanc droit. Par contre les arbres empechent les cavaliers de se positionner de manière ordonnée.

Les guerriers chargent alors les cavaliers en désordre à travers le bois.

Reno est submergé, il panique en ordonnant à ses hommes de monter à cheval puis de redescendre et de remonter encore. La confusion s'installe et il donne alors l'ordre de la retraite en se dirigeant vers le haut de la colline.

Ses hommes tentent de le suivre mais Reno n'a laissé aucune force de couverture ou arrière garde afin de couvrir la retraite précipitée. Ceci provoque une déroute et 40 soldats sont tués et 13 blessés par les Amérindiens, menés par les Chefs Two Moon, Crazy Horse et Crow king.

16h10, Custer atteint une butte près du village. Il a besoin de reconnaitre le terrain et trouver un gué pour assurer la futur offensive du capitaine Benteen, au centre. Il envoie d'ailleurs un messager ordonnant à Benteen de le rejoindre rapidement et d'apporter les "Bring Packs" (caisse de munitions).

16h20 , Custer a divisé son bataillon en deux ailes. L'aile gauche, sous son commandement qui devront aller reconnaitre le gué au bas de Medecine Tail Coulee. L'aile droite, sous le commandement du capitaine Keogh, doit proteger la manoeuvre en engageant une bande d'Amérindiens revenus de chasse. La reconnaissance faite, le régiment se regroupe au complet sur Calhoun Hill.

Custer développe la suite de son plan : l'aile droite de Keogh se déploie sur la crete en ligne pendant que Custer et l'aile gauche reconnaissent un second gué, toujours dans le but de lancer une attaque d'encerclement.

Selon toutes vraisemblances, Custer croit Reno toujours engagé.

Pendant ce temps, le capitaine Benteen fait sa jonction avec le Major Reno sur la colline. Indigné de l'indication de Reno, le capitaine Weir et ses hommes tenteront de se porter à la rencontre de Custer à 16h50. Ils resteront 45mn seuls sans soutien.

Le Major Reno et le capitaine Benteen les rejoindront enfin à 18 heures.

Sans porter secours à Custer et ses hommes à ce moment sur le point d'erte anéantis, ils feront retraite sur Reno Hill, peur d'etre repérés par les force "Indiennes".

17h30-18h20, les Amérindiens sous le commandement du Chef Cheyenne Lame White Man, mènent l'offensive. L'aile gauche de Custer est brisée près de Deep Ravine ou elle avait établi un périmètre de defense.

Débordé sur son flanc, l'aile droite s'effondre à son tour à 17h50, apres plus d'une heure de combat à 1 contre 5, sur un terrain défavorable à la cavalerie. Le dernier carré de cavaliers "américains" succombe à 18h20 apres des combats acharnés (cet épisode deviendra "légendaire" sous le nom de "Dernière résistance de Custer").

 

A Little Big Hor, 263 hommes du 7e de cavalerie trouvent la mort, et 38 sont blessés. Les pertes Amérindiennes ont était très lourde, allant de 190 morts et 200 blessés au total sur le champs de bataille, sans compter les morts par blessures. Globalement, la moitié de ses 647 hommes du 7eme régiment de cavalerie et hors de combat (tués/blessés) et les les Sioux ainsi que les Cheyenne ont perdu un tiers de leurs 1500 guerriers disponibles.

Durant cette bataille, Custer ainsi que le Chef Cheyenne Lame White Man trouvèrent la mort.

Cette bataille eut un grand retentissement dans l'opinion publique américaine et conduisit au massacre de Wounded Knee Creek, quatorze ans plus tard.

 

420026080095uu2-gif.gif

 

Citations : 

 

Chef Sioux White Bull : "Ce fut un combat dur, tres dur".

Chef Sioux Gall : "Les deux camps se sont bravement battus".

Chef Sioux Sitting Bull : "Il y avait tant de doutes sur l'issue de la bataille que j'ai ordonné aux Squaw (Femmes) de démonter les tipis et de se préparer à s'en aller".

Chef Sioux Sitting Bull : "Custer était un chef brave. Les "Indiens" l'ont respecté et ne l'ont pas scalpé. Je repondrai pour les morts de mon peuple. Les miens ont dit que j'avais raison. Laissons les visages pales faire de meme de leur coté".


0269.gif


Massacre de Wounded Knee (1890)

 

 

fleche.gif

 

Wounded Knee. Le plus horrible des massacre du peuple Sioux.

 

Ce n'est quand 1917 soit 27ans plus tard que les Etats-Unis ont déclaré qu'il y avait bien eux un massacre

alors qu'il était prévu de "simplement" déplacer les Sioux pour les emmenaient dans les réserves.

 

En février 1890, le gouvernement  US rompt un traité passé avec les Lakota en divisant la Grande réserve Sioux de l'Etat du Dakota du Sud en cinq réserves dont la totalité est plus petite. Cela est réalisé pour satisfaire les intérets des propriétaires de l'Est, conformément à la politique clairement affiché du gouvernement "de rompre avec les tribales" et d'obliger "les Indiens à se conformer au mode de vie de l'homme blanc, pacifiquement si possible ou sinon par la force".

Une fois les réserves "ajustées", les tribus sont séparées en unités familiales sur des parcelles de 320 acres.

En raison de la sécheresses, les récoltes de 1890 sont insuffisantes pour assurer l'alimentations Sioux.

Malheureusement pour les "Indiens", le gouvernement a aussi réduit les rations de moitié, les Sioux étant jugés "paresseux".  Comme le Bison a, de plus, était exterminé quelques années plus tot, les Sioux se retrouvent en situation de famine.

 

420026080095uu2-gif.gif

 

 

En 1890, Jack Wilson, un Chef religieux Sioux connu sous le nom de Wovoka déclare que, pendant l'éclipse total du soleil du 1er Janvier 1889, il a recu la révélation qu'il est le messie de son peuple. Le mouvement spirituel qu'il crée devient connu sous le nom de "Ghost Dance".

Chez les Sioux, les deux premiers convertis à cette nouvelle religion (mélange syncrétique et de christianisme paiute) sont Kicking Bear et Short Bull. Ils rejettent la prétention de Wilson d'etre le messie. Ils refusent aussi le pacifisme  et estiment que des vetements spéciaux, les "chemises des Esprits" (principalement des chemises Blanche comme la neige) les protégeront des balles.

La Danse des Esprits se propage rapidement chez les Sioux, démoralisés et affamés. Bien que probablement une majorité  des Indiens de la réserve de Pine Ridge a été convertie, le Chef Sitting bull n'en fait pas partie.

Cependant, il garantit la liberté religieuse ; mais les fédéraux interprètent cette tolérance comme un appui total, et le général Miles ordonne son arrestation. Pour des raison peu claires, une fusillade se déclenche et Sitting Bull est parmi les douze tués. Sitting Bull fut sauvagement assassiné par un des agent Indiens puis par peur que sont Esprit revienne, il a était démembré.

400 Hunkpapa Lakota fuient à la réserve Indienne de Cheyenne River des Lakota Minniconjou. 38 hunkpapa Lakota du village de Sitting Bull trouvent refuge dans le campement des Miniconjou de Big Foot. Miles ordonne aussitot l'arrestation de Big Foot mais l'armée temporise, espérant que la réputation de pacifiste de ce dernier préviendra les hostilités. Quand les Hunkpapa arrivent, apeurés par la venus de nombreux soldat dans la réserve, les 300 Miniconjou décident d'abandonner leur village et de rejoindre Red Cloud à l'agence de Pine Ridge.

 Ignorant les intentions des Indiens, et craignant que la destination de Big Foot ne soit le bastion des danseurs des Esprits, le général Miles déploie les 6e et 9e régiments de cavalerie pour bloquer les Minnicinjou.

Le clan de Big Foot est intercepté par le Major Whitside et environ 200 hommes du 7e de cavalerie (reconstitué depuis leurs défaite à Little Big Horn par les Sioux 14ans plus tot).

Whitside transfère Big Foot souffre d'une sévère pneumonie vers une ambulance de campagne et escorte les Lakota à leur camp pour la nuit à Wounded Knee Creek. L'armée fournit aux Lakota des tentes et des rations.

Les Indiens sont compter : il y a dans le village 120 hommes et 230 femmes et enfants.

Le matin suivant, les Lakota trouvent face à eux le reste du régiment, avec son commandant, le colonel James W. Forsyth, arrivé pendant la nuit; ainsi qu'une batterie de canons Hotkinss du 1er régiments d'artillerie. Les armes sont disposées sur une petite colline surplombant le campement. Forsyth informe Whitside que les Lakota doivent etre transférés dans un camp militaire à Omaha dans le Nebraska.

Le général John Brooke ordonne au 7e de cavalerie de désarmer le clan de Big Foot avant le transfert vers le Nebraska. La veille au soir, après avoir été escortés au camp et avoir encerclés de toute part, les Lakota sont considérés comme des prisonniers virtuels. Forsyth choisit de ne pas essayer de les désarmer dans le soirée.

Au matin, les hommes Lakota sont rassemblés et informés qu'ils doivent remettre toutes leurs armes  feu. Les soldats craignent que des armes restent cachées, comment à fouiller les tentes, provoquant la colère des Lakota qui, selon l'armée, sont sous l'influence d'un chaman Miniconjou, Yellow Bird.

Lorsque les soldats tentent de désarmer un Lakota nommé Black Coyote, un coup de feu part. Une fusillade générale s'ensuit. La plupart des hommes, encerclés sont abattus. Les survivants se dégagent. C'est alors que les canons bombardent le village des enfants et des femmes.

Quand le tir s'arrete, 146 Lakota ont était tués ainsi que 25 soldats. Big Foot figure parmi les mort.

Lorsque la tempete de neige qui s'est abattue entre temps se calme, les soldats embauchent des civils pour enterrer dans une fosse commune les 146 Lakota : 84 hommes et garcons, 44 femmes et 18 enfants. De plus, 7 Lakota meurent à l'hopital de Pine Ridge des suites de leurs blessures.

Le colonel Forsyth, désavoué par le général Miles, est immédiatement relevé de son commandement.

Suite à une enquete approfondie par Miles critique les dispositions tactiques prises par Forsyth. La cour juge que, pour la plupart, les soldats ont essayé d'éviter les atteintes aux non-combattants. Selon Miles, Forsyth a délibérément désobéi aux ordres. C'est du général Miles que vient l'opinion selon laquelle Wounded Knee est un massacre plutot qu'un drame.

20 "médailles d'honneur" sont attribuées à des Soldats du 7e de cavalerie pour leur conduite durant le massacre. Aujourd'hui encore, les Amérindiens réclament instamment qu'elles soient requalifiées en "médailles du déshonneur".

Vers la fin du XXe siècle, beaucoup considèrent l'évènement comme une des plus grande atrocités de l'histoire des Etats-Unis.

Plus de 80ans après le massacre, le 27 Février 1973, Wounded Knee est le théatre d'un affrontement entre les autorités fédérales et les militants de l'American Indian Movement. Ce jour la, près de 300 Sioux Oglala ainsi que des sympathisants de la cause Indiennes se rendent au village de Wounded Knee et l'occupent pour exiger qu'on reconnaisse leurs droits et leur terre.

En quelques heures,  plus de 2 000 agents du FBI, des policiers fédéraux et des représentants du bureau des affaires Indiennes cernent le village et organisent un blocus avec des véhicules blindés; des mitrailleuses, etc. Le siège dure 71 jours et fait deux morts dont Franck Clearwater, un Indiens qui se reposait dans une église. Une Paix est signée et les deux camps acceptent de ce désarmer.

Un Indiens Navajo, vétéran de la guerre du vietnam déclara à l'époque:

"Le calme des gens était réellement stupéfiant étant donné qu'on nous tirait dessus sans arret. Mais ils restaient parce qu'ils avaient une cause a défendre. C'est pour ca qu'on a perdu au Vietnam, parce que la cause était mauvaise. On a fait une guerre de riches pour les riches .... A Wounded Knee on a fait du bon boulot et le moral était bon. On continuait à rigoler malgré tout."


0269.gif


reportage en 11 vidéos dans la rubrique interctif puis galerie vidéos

sur Wounded Knee de 1973 par l' A.I.M.

(American Indian Movement)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 06/09/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site